Log in



Sourires au cœur de l’automne – Sainte Catherine

Pour la sainte Catherine, pour l’hiver fais ta farine.

Por Santa Catalina, prevente de leña y harina

L’année dernière, en  novembre, des élèves de français et des élèves francophones, étudiants d’espagnol langue étrangère de l’EOI, accompagnés de leurs professeurs célébraient une singulière Sainte Catherine…

Recette pour une bonne Catherinette

Confectionnez un chapeau fantaisiste,
pour défiler joyeusement sur la piste.
Ajoutez-y des objets jaunes, c’est la Foi,
des objets verts, c’est la Connaissance
et faites que vos épaules et vos hanches balancent..
Aromatisez avec un peu de thym, de romarin et de lavande
si vous êtes en Provence
Incorporez quelques gouttes de doux espoirs et de souhaits
pour que le mélange soit prêt

(écrit par F. García Tolinos)

¿Quién era Catalina de Alejandría?

Le Departement de Français s'amuse

Virgen y mártir – Siglo IV – Nacida en Egipto, de  familia noble y de gran inteligencia, aprendió las ciencias, Con sólo 18 años, se presentó al emperador Maximino, cruel perseguidor de los cristianos. La detuvo y cito a gran número de sabios para debatir con ella y confundirla. Pero la elocuente joven consiguió convencer a los eruditos y hasta a la misma emperatriz. Todos fueron condenados a muerte. Pero Catalina sería sometida al suplicio de la rueda. Y se produjo el milagro: la terrible máquina se destruyó al tocar el cuerpo de la joven. Entonces, Maximino la condenó a ser decapitada y algunos cuentan que de su cuerpo no salía sangre sino leche…

Es la patrona de las solteras, de las nodrizas, de los sastres, de los filósofos entre otros. *

Depuis le Moyen-Âge…

Les jeunes filles célibataires de 25 ans « coiffaient Sainte Catherine » (plus exactement sa statue dans les églises), demandant ainsi un mari à leur sainte patronne.

…jusqu’à aujourd’hui

Au fil des siècles, la sainte perdit son couvre-chef et c’est la jeune fille elle-même, la « Catherinette » qui porta, pour se mettre en valeur, une coiffe d’un tout autre style, reflet de sa personnalité.

Certaines régions. plusieurs corporations maintiennent cette tradition. Depuis le début du XXe siècle couturiers et créateurs parisiens organisent des festivités où les Catherinettes (accompagnées parfois de Nicolas) défilent en arborant de somptueux et extravagants chapeaux.

Apprentissage: le français autrement

Bien évidemment, à l’EOI, il n’était plus question de vieilles filles en quête de mari, même si certaines participantes, mutines, donnaient le change, en offrant un « cœur à prendre »… (A bon entendeur, salut!). Chacun(e) rivalisant d’ingéniosité, offrait son interprétation des sujets les plus divers:  Carnaval – Chapeau chocolat – Relations internationales – Carte postale mexicaine – Sensualité brésilienne – Horizons francophones – Paris des artistes – Entre rêves et passions – Coeur brisé – Amour toujours – Noël – Recette pour une bonne Catherinette – Tu me manques – Préservons la nature – La plus belle pour aller danser. Tout un programme !

Le défilé ètait scandé par des chansons francophones qui illustraient chaque apparition. Parés eux-mêmes d’imposants galures, les deux animateurs en herbe, orchestraient le tout avec bonhomie. Grâce à la bonne volonté et à la sympathie de chacun, la mimique aidant, même le public peu familiarisé avec la langue française entrait dans le jeu.

Le jury, composé de Mme Mercedes Pozo, directrice de l’EOI, Mme Géraldine Koch directrice de l’Alliance Française d’Alicante, M. Luis Almarcha, sous-directeur et Mme Manuela ?, membre du Conseil scolaire sélectionnait 5 chapeaux finalistes du concours.

L’exhibition de ce 25 novembre constituait l’aboutissement festif d’un travail de préparation à plusieurs échelons, autour d’un projet commun :

- une recherche de langue menée par les étudiants, du vocabulaire et des structures nécessaires pour la description des chapeaux au niveau débutant (matériaux, couleurs, symboles, etc…), pour la rédaction d’un titre adapté, et d’un texte de présentation original pour les plus experts.

- une ébauche de mise en scène : pour harmoniser l’espace, le temps et le gestuel.

- une approche des techniques interprétatives : pour apprendre à lire et s’exprimer en public.

Retrouver le sens de la fête

Faire sienne une coutume venue d’ailleurs, jouer avec le français, établir une continuité entre des apprentissages ponctuels et un projet à réaliser, tisser des liens entre élèves de groupes différents et les membres de la communauté scolaire, et tout bonnement se divertir: tel était l’enjeu. Il semble que le pari ait été tenu.
.
.
.

.
* También hay devoción a Santa Catalina mártir en la Comunidad Valenciana. Citemos las fiestas de Teulada y Les Catalinetes de Xátiva, fiesta de los niños en la que se come el “turrón de gato”

La Escuela Oficial de Idiomas de Alicante no asume la responsabilidad sobre las opiniones expresadas en los artículos firmados, la cual es exclusiva de sus autores.
Agradecemos a nuestros alumnos, profesores, colaboradores y patrocinadores su participación en la revista.

EDITA: Escuela Oficial de Idiomas de Alicante
COORDINACIÓN: Juan Tomás García Asensi
ISSN: 1886-1792